Qui a encore envie de travailler ? Qu’est-ce que le travail ?

L’épisode du 24 juin de « Entendez-vous l’éco ? », sur France Culture

« Après deux ans de covid, notre rapport au travail semble avoir profondément changé. De plus en plus de jeunes, et des moins jeunes, réclament des emplois qui ont du sens, de meilleures conditions de travail et des salaires qui reflètent leur utilité sociale. »

Deux sociologues et un économiste en débattaient ce 24 juin, à partir de la question : « qu’est-ce que le travail ? ». A écouter en podcast sur le site de France Culture

Communication en entreprise et consentement

Comment les sciences sociales, la sociologie de l’entreprise notamment, peuvent éclairer le sujet.

Ce texte de Jacques Viers est la suite du billet de juin de Jean-Marie Charpentier, publié sur son blog, sous le titre Entre contenus et consentement, les défis de la communication en entreprise.

Un colloque “Consentir? Pourquoi, comment et à quoi ?” a eu lieu les 9 et 10 juin 2022 à l’ESCP Business Europe. J’y suis intervenu avec mon complice Jean-Marie Charpentier dans le cadre d’une table ronde, présidée par Michel Lallement du CNAM, intitulée Consentement dans l’organisation et le travail. Notre communication à deux voix avait pour titre Communication en entreprise et consentement. Jean-Marie y intervenait en tant que représentant de l’Afci (association française de communication interne) et moi en tant que représentant de l’APSE (association pour la sociologie de l’entreprise).

 Dans les entreprises, les managers, comme les communicants, ont souvent pour mission de «faire passer le message » de la direction dans ce qu’on appelle, souvent par abus de langage, des « stratégies de changement » à coups de « kits de communication », destinés à décliner celui-ci aux différents publics… que l’on considère alors comme des « cibles ».

Continuer à lire … « Communication en entreprise et consentement« 

Entre contenus et consentement, les défis de la communication en entreprise

Le billet de juin de Jean-Marie Charpentier

À lire ici, sur son blog.

Extrait  » … Ces pratiques de dialogue dans le travail prennent un sens particulier dans une période post-pandémie qui fait bouger les unités de temps, de lieu et d’action. En tenant compte de leurs limites (pérennité parfois problématique, instrumentalisation fréquente…), on est là malgré tout face à une logique inverse de celle fondée sur la seule transmission qui a occupé toute la place dans le management et la communication. On voit bien que la question de la soutenabilité et du consentement au travail est de plus en plus liée avec le fait de se mettre d’accord et avec le pouvoir d’agir sur le cours des choses … »

Ce que le « NPM » fait au travail des fonctionnaires et comment il s’y prend

Un podcast de France Inter

« Un management public sous l’influence du privé » : c’est à écouter sur le site de France Inter, dans Entendez-vous l’éco ? Comment le New Public Management désorganise le travail des fonctionnaires, à l’hôpital et ailleurs. Avec un détour par le statut des fonctionnaires, comme garant de leur autonomie dans le travail et du service rendu. Des éclairages apportés à ce que les travailleurs de la santé expriment dans leurs récits de travail (ici sur notre site). A lire en complément, l’article de Julien Vernaudon publié par Le Vent Se Lève : Le poison de la novlangue managériale dans l’hôpital public ; de ce « langagement » destiné à enrôler les soignants dans ce nouveau management.

L’éthique du soin à l’épreuve des politiques gestionnaires

Paru dans « The conversation »

Parue dans « the conversation », une contribution de Philippe Bizouarn, médecin anesthésiste- réanimateur au CHU de Nantes, dont le récit de travail « vu d’en haut, du moment qu’on opère les gens tout va bien » est paru sur le site de la Compagnie en février 2021

« Le futur du travail » un essai du sociologue J. S. Carbonnel

Parution le 18 02 2022 aux Editions Amsterdam 192 pages – 12 €

Quelles conséquences des nouvelles technologies sur le travail, sur la quantité d’emplois mais aussi sur leur qualité ? Les machines ont-elles remplacé les ouvriers ou leurs emplois sont-ils partis ailleurs ? Les nouvelles technologies poussent-elles à la déqualification, ou est-ce le contraire ? Quelles conséquences sur l’intensification du travail, notamment dans les « usines à colis » de la logistique, secteur employant aujourd’hui beaucoup plus de salariés que l’automobile ? Les nouvelles technologies sont-elles seules responsables des évolutions du contrôle managérial et l’ubérisation des emplois ?

L’auteur de cet essai, le sociologue Juan Sebastian Carbonnel répondait à ces questions à partir de ses travaux de recherche. Il était l’invité du 13/14 de France Inter, ce 28 mars, 13 minutes d’interview à écouter sur le site de la radio.

L’hôpital… vu d’en haut ou vu d’en bas ?

Des échos de la journée de rencontre du 28 février 2022

Le 28 février se tenait une journée de rencontre organisée autour de l’hôpital public, partant du clivage des univers de travail entre l’hôpital vu d’en haut… et l’hôpital vu d’en bas. Les échanges ont largement fait écho aux récits de travail engagés par la Compagnie avec les Ateliers pour la refondation du service public hospitalier. Que ce soit par leur contenu, voir notamment le récit « Vu d’en haut, du moment qu’on opère les gens, tout va bien« , ou par la diversité des acteurs impliqués dans ce projet. François participait à cette journée pour la Compagnie. Il nous la raconte.  

Continuer à lire … « L’hôpital… vu d’en haut ou vu d’en bas ? »

Droits des femmes : pour leur santé au travail, on est loin du compte

La baisse globale des accidents du travail masque une hausse significative de ceux dont une femme est victime

42 % : c’est le taux d’augmentation des accidents du travail pour les femmes entre 2001 et 2019. Quant aux maladies professionnelles : + 160%.

Des chiffres qu’il était bon de rappeler en ce 8 mars. Des explications dans cette enquête publiée par Disclose, et dans le témoignage recueillis par les journalistes auprès de Francine, auxiliaire de vie.

Mon blanc de travail – Un cri du care

Un cri du care, livre de Margot Smirdec, médecin anesthésiste – réanimatrice

En septembre dernier, Margot nous avait déjà livré sa parole dans le récit qu’elle a fait, avec François, de son travail : « La crise du Covid n’était qu’un symptôme des mots de notre société« . Aujourd’hui, elle publie Mon blanc de travail – Un cri du care chez Librinova : « À travers son journal de bord, Margot nous invite à une réflexion sur notre société à la fois lucide, précise et sans détour, et aussi pleine de douceur et de poésie. Avocate d’une voie nouvelle : celle de la nuance, elle nous laisse entrevoir l’espoir d’un monde meilleur, où l’intelligence collective et l’ouverture aux autres auront toute leur place. Margot s’empare de sa voix de médecin anesthésiste-réanimatrice, au cœur de la crise Covid, pour nous livrer ici un véritable manifeste politique et philosophique, comme un éloge à la grâce de l’humain inscrite en chacun de nous.« 

Le livre est disponible en version numérique sur le site de l’éditeur,  au prix symbolique de 3,99 € … en attendant une version « papier ». En outre, l’éditeur propose sur son site l’accès gracieux à des extraits

‘‘La crise sanitaire recentre l’expérience de travail ’’

Une interview de Florence Osty publiée par la Revue Cadres de la CFDT

En quoi la crise sanitaire révèle-t-elle l’utilité sociale du travail ? Qu’est-ce qui distingue les travailleurs de première ligne des télétravailleurs ? Comment reconnaître le travail réel dans cette période qui déstabilise les organisations ? En juin 2020, la sociologue du travail répondait à ces questions pour la revue Cadres et concluait ainsi : « … la crise sanitaire, en imposant l’incertitude à tous les niveaux, de la prospective économique aux gestes barrières quotidien, rappelle la nécessité d’être à l’écoute du travail réel et de permettre aux individus de se construire à partir de la reconnaissance de celui-ci« .

« Je n’arrivais pas à faire miens les intérêts de l’entreprise » : génération démission !

Une émission à écouter en replay sur France Culture

Jérémy était analyste financier dans une grande banque, Mathilde était responsable du « verdissement » de la flotte de véhicules du Programme Alimentaire Mondial de l’ONU, Romain était consultant en énergie. Ils ont moins de trente ans, ils racontent leur travail et leur démission. C’était le 7 décembre 2021 dans  » les pieds sur terre », l’émission qui donne la parole sans blabla. Et sans illusion non plus : c’est plus facile quand on était sur une trajectoire d’élite, bardé de diplômes prestigieux.

Autant que du pouvoir d’achat, les salarié.es veulent du pouvoir d’agir sur leur travail

Une tribune de Thomas Coutrot parue sur le blog convivialiste du Club de Médiapart

C’est la grande démission ! Soignant.es, aides à domicile, employé.es des restaurants ou ouvrier.es du nettoyage et du bâtiment, et même enseignant.es, fuient en masse un travail insoutenable.

Le Grenelle de la santé, malgré une hausse tangible des salaires, n’a en rien enrayé l’exode qui menace d’effondrement l’hôpital public : en pleine pandémie, des milliers de lits ferment, faute non plus de crédits mais de personnel.

Les magistrat.es ne veulent plus d’une justice en lambeaux.

Continuer à lire … « Autant que du pouvoir d’achat, les salarié.es veulent du pouvoir d’agir sur leur travail »

Soigner

Manifeste pour une reconquête de l’hôpital public et du soin

Ouvrage collectif – Les Furtifs

.
C&F éditions 2021 – collection Interventions
15 € – 126 p. Version numérique disponible (5€) sur les librairies en ligne

La pandémie du covid a démontré l’urgence de faire vivre et développer le service public de santé et les pratiques du soin. Une telle reconquête demande une vaste réflexion collective incluant l’ensemble de la popula- tion, partant des besoins et du travail vivant.

«La santé, les services publics de santé, le prendre soin, avec l’épidémie, n’ont jamais été autant au cœur de nos vies. Aussi voulons-nous les remettre au cœur de la cité. Nous voulons en faire l’affaire de tous, une res publica. »

Cet ouvrage regroupe un manifeste collectif, un glossaire critique et des témoignages sur le travail du soin à l’hôpital et hors de ses murs. Il exprime un refus de voir périr l’hôpital public sous nos yeux, de voir se déliter le soin sous la pression de spécialistes financiers, d’experts en management et de cabinets de conseil, enfermés dans un langage qui nous échappe.

Continuer à lire … « Soigner »

Télétravail : je t’aime moi non plus

L’enquête nationale 2021 de l’UGICT CGT sur le télétravail confirme les tendance de l’édition 2020 et apporte de nouveaux éclairage

La comparaison entre les résultats 2020 et 2021 démontre que le télétravail en mode dégradé du premier confinement reste la norme … le temps et la charge de travail ont augmenté pour près de la moitié des répondants … pourtant … le télétravail est plébiscité comme vecteur de temps libéré et d’autonomie au travail. Il s’accompagne d’une redéfinition des priorités et d’une quête de sens sur le contenu et la finalité du travail. La quasi-totalité des répondant.e.s (15 000) souhaite ainsi continuer à télétravailler mais pas à temps plein

Voir dans le dossier de presse du 6 septembre 2021 l’ensemble des résultats, notamment les conséquences sur la santé (alerte rouge !), sur le fonctionnement des collectifs, sur le travail des managers …

Un centre de santé pas comme les autres : film documentaire

La vie au « château en santé » à Marseille

En décembre 2020, la Compagnie Pourquoi se lever le matin publiait, dans le cadre de son travail avec les Ateliers pour la refondation du service public hospitalier, le récit de travail d’Élisa « Nous étions devenues des personnes en mission humanitaire dans un des pays les plus riches de la planète ».

Ce 12 octobre 2021 est mis en ligne, ici en replay, par France 3 PACA le documentaire réalisé par Olivier Bertrand au Château en Santé, avec Élisa et ses collègues. Il a choisi le temps long pour raconter la vie au Château, le quotidien avec les patients, les consultations, si différentes de celles des cabinets médicaux classiques, les échanges et les interrogations des soignants. « Au départ ils ne voulaient pas spécialement de ce film. Ils fuyaient la lumière, préféraient s’enraciner dans le quartier » écrit le réalisateur. « Et puis ils ont fini par accepter l’idée que ce projet de soin innovant, ce projet politique, mérite d’essaimer. Alors ils m’ont ouvert toutes les portes, du centre, de leurs réunions, des consultations lorsque les patient.e.s le souhaitaient. Cette confiance m’a permis de filmer en immersion, à leurs côtés, cette aventure et ces combats ». Ainsi se dessine une chronique joyeuse, politique, parfois aussi décourageante, dure, où chacun trouve sa place pour agir.

Ethnologie du bureau, un voyage du pupitre du copiste au télétravail

Note de lecture proposée par François

Ethnographie du bureau, Pascal Dibie, Paris, Editions Métaillé, 312 p., 21,50 €

Dans notre imaginaire, les ethnologues sont dédiés à l’observation et à l’analyse de peuples lointains souvent perçus comme en danger sous les coups de nos sociétés post-industrielles. Il existe pourtant des exceptions. Ainsi Pascal Dibie a produit à vingt-cinq ans de distance deux ouvrages : Le village retrouvé, ethnologie de l’intérieur (1979) et Le village métamorphosé, révolution dans la France profonde (2006). Il y analyse les transformations vécues par les habitants de Chichery, un modeste village de l’Yonne, espace emblématique des ruptures technologiques et sociales qui marquent l’espace rural français.

Continuer à lire … « Ethnologie du bureau, un voyage du pupitre du copiste au télétravail »

Attention danger télétravail ?

Une série de 4 podcasts, réalisés par Amandine Mathivet, à écouter sur la plateforme de TaF

le podcast d’Amandine Mathivet

Au fil de quatre podcast, Amandine Mathivet questionne successivement des inspecteurs du travail, des médecins du travail, des syndicalistes et des sociologues sur les effets d’un travail à distances imposé brutalement, et massivement, un an et demi après le début de la crise sanitaire. C’est ici, sur la plateforme de Travailler au Futur, le podcast « au turbin »

Continuer à lire … « Attention danger télétravail ? »

« Continuer à soigner encore »

Les personnels et les usagers des CHU de Rennes et de Nice répondent, en chanson, aux promesses non tenues

Continuer à soigner, continuer à danser … ce n’est pas tout à fait la même chanson, mais c’est la même musique qui fait le tour de France, signée par HK & Les Saltimbanks. Et qui résonne, à l’oreille comme la musique de La main d’or : « travailler encore »

Un clip à regarder et partager. Voir aussi les histoires de travail de ceux qui font tourner le système envers et contre tout : des textes écrits avec des travailleurs du service public de santé. Textes réalisés par la Compagnie Pourquoi se lever le matin !, dans le cadre de sa participation aux Ateliers pour la refondation du service public hospitalier.

L’insoutenable subordination des salariés, par Danièle Linhart

Note de lecture

Ed Érès – 25€

Une note lecture parue dans OpenEdition présente le dernier livre de la sociologue du travail Danielle Linhart. On connaît son approche radicale des rapports de domination sur le lieu de travail. Elle aborde ici ce qu’il faut bien appeler un point aveugle du droit du travail : le lien de subordination du salarié vis-à-vis de son employeur qui est, dans la doctrine juridique classique, la contrepartie de la protection d’un certain nombre de droits dont bénéficie le salarié dans le cadre du contrat de travail. Très peu d’observateurs et de chercheurs en sciences sociales se sont attelés à travailler sur ce monumental paradoxe ayant acquis une « naturalité » évidente pour tous : les droits de l’Homme et du citoyen de 1789 (figurant en préambule de notre constitution) et la Déclaration universelle des droits de 1948, qui font de chaque être humain une personne « libre », n’ont plus cours à partir du moment où il oeuvre dans le cadre du contrat de travail, en particulier dans l’entreprise…. Qui nous sortira de ce paradoxe proprement invivable au 21° siècle ?

Communication : le défi de la mise en visibilité du travail réel

Sur le blog de Jean-Marie Charpentier

Après « le travail dans la crise, révéler avant d’accélérer », en octobre dernier, Jean-Marie nous offre aujourd’hui ce billet, tout aussi intéressant et convergeant avec le travail de la Compagnie Pourquoi se lever le matin !

Premier Atelier de travail pour refonder le service public hospitalier

Compte rendu de la première rencontre, à Montreuil, le 10 octobre 2020

Dans les locaux de l’AERI à Montreuil

L’Atelier pour la refondation du service public hospitalier a été lancé dans le contexte de la crise sanitaire, par plusieurs collectifs, dont l’appel publié le 7 juillet 2020 et a été rejoint par de nombreux signataires, collectifs et individuels. La Compagnie Pourquoi se lever le matin ! s’est associée à cette démarche, qui part du travail des acteurs de la santé. Le 10 octobre 2020, une centaine de personnes participaient à la première rencontre, dont nous annoncions ici le programme. Le compte-rendu est en ligne sur le blog de l’atelier.

La prochaine rencontre se tiendra les 23 et 24 janvier à Marseille.

Télétravail : l’État, un employeur loin d’être exemplaire…

Un article d’Alain Klarsfeld

Cet article, paru le 18 novembre sur le site « the conversation », donne la parole à des agents de la fonction publique d’État sur la manière dont elle s’est mise – ou plutôt pas – en télétravail en application des circulaires qui le demandaient. Il pose des questions techniques comme celle des outils de signature électronique. Mais surtout des questions autour des représentations associées au télétravail, « télé-glandouille ? » et de l’impérieuse nécessité pour certains managers d’exercer un contrôle in-situ.

Rien n’a changé, si ce n’est qu’on est fatigués et qu’on est seuls. On l’est toujours et depuis des années, mais là, ça ne va pas le faire.

Infirmières et médecins de l’hôpital St Louis racontent leur travail en novembre 2020. A re-écouter sur France Culture

Merci France Culture, l’émission « les pieds sur terre », du 12 novembre. Infirmières et médecins du service de réanimation de l’hôpital St Louis à Paris racontent leur travail, dans un reportage sans blabla. Un reportage de Joseph Confavreux qui donne la parole au travail, comme nous le faisons à la Compagnie Pourquoi se lever le matin !