Histoires de travail

à la Une

« Les urgences n’étaient pas moins urgentes, elles étaient même plus aiguës »

Sébastien, psychologue clinicien hospitalier de psychiatrie publique de secteur en milieu carcéral

Parole de mars 2021, mise en texte avec Christine

Il n’est jamais évident de témoigner d’une clinique institutionnelle de manière « individuelle », cela engage toujours une certaine subjectivité. Il s’agit ainsi d’avoir la préoccupation de la lier à l’expérience du collectif soignant.

Quand j’arrive au travail, après l’entrée dans la prison, je dois d’abord déposer dans un casier tout ce qui y est interdit, comme le téléphone ou les appareils numériques. Au portique de sécurité, tout ce qui sonne comme métaux doit passer au scan. Ensuite je dois franchir un sas, une autre porte, puis une autre, puis la cour d’honneur, avant d’entrer dans le lieu de détention où ne circulent que les professionnels et les personnes détenues. Après plusieurs portes, plusieurs sonnettes, plusieurs contrôles, j’arrive dans l’infirmerie, l’unité de soins.

Continuer à lire … « « Les urgences n’étaient pas moins urgentes, elles étaient même plus aiguës » »
à la Une

L’autonomie rencontrée grâce au Covid (6/6)

Jean-Luc, Chef de pôle au CHU de La Timone suite de : « Une bagarre où l’on se heurte à de vrais professionnels – Parole de Jean-Luc » (5/6)

Parole du 30 janvier, mise en texte avec Olivier

Le Covid, c’est comme un exode

A chaque vague on déprogramme les patients non urgents au point de vue chirurgical. On va parfois jusqu’à diminuer notre capacitaire de 70%, dans toute la Timone et dans tous les hôpitaux, pour ne faire que des urgences, pour faire rentrer les malades du Covid. 
Entre les vagues on opère en saturant les programmes opératoires parce qu’on a peur qu’après on ne puisse plus faire que les urgences vitales. C’est notre seul moyen d’éviter les pertes de chance. Il y a un problème sanitaire assez compliqué. Sur le plan épidémiologique il est logique de confiner tout le monde, après sur le plan économique et psychologique, confiner est violent. Chaque jour, les décisions sont difficiles à prendre. Je n’aimerais être à la place des gouvernants.

Continuer à lire … « L’autonomie rencontrée grâce au Covid (6/6) »
à la Une

Une bagarre où l’on se heurte à de vrais professionnels (5/6)

Jean-Luc, Chef de pôle au CHU de La Timone,
suite de : Les pouvoirs centralisés étouffent les collectifs de santé – (4/6)

Parole du 30 janvier, mise en texte avec Olivier

Le Collectif Inter-Hôpitaux, un mouvement national

Il y a eu un mouvement de médecins, un mouvement national qui s’appelle le Collectif Inter-Hôpitaux. Il y a des médecins, des paramédicaux, des sages-femmes, des manipulateurs radio, des usagers. Tous les personnels soignants et non soignants de l’hôpital se sont réunis dans un collectif pour revendiquer trois axes principaux :

  • arrêter la fermeture de lits,
  • rendre l’attractivité des carrières correcte pour les médecins, et pour les paramédicaux, 
  • modifier la gouvernance pour que les médecins et les paramédicaux y participent.
Continuer à lire … « Une bagarre où l’on se heurte à de vrais professionnels (5/6) »
à la Une

Les pouvoirs centralisés étouffent les collectifs de santé (4/6)

Jean-Luc, Chef de pôle au CHU de La Timone, suite de : « La pénurie de moyens engendre conflits, maltraitance … et absentéisme » (3/6)

Les ARS, un pouvoir centralisé, omnipotent 

Les collectivités locales n’ont aucun pouvoir sur les ARS, leur patron c’est l’état. Les ARS sont vraiment aux ordres du ministère.  Le DG de l’ARS est le représentant du gouvernement dans la région et n’a aucun compte à rendre à aucune collectivité locale. C’est l’équivalent d’un préfet.
La santé est une structure super-centralisée, le DG de l’ARS est le patron de l’hôpital, il est le patron du CHU, il est au-dessus du directeur général du CHU. Il reçoit ses ordres du seul gouvernement.
Les DG des ARS sont issus de la fonction publique, il y a des anciens directeurs d’hôpitaux, des gens de l’IGAS, des anciens préfets qui se retrouvent en fin de carrière directeurs généraux d’ARS. On leur explique régulièrement comment fonctionne l’hôpital public, mais en vain.

Continuer à lire … « Les pouvoirs centralisés étouffent les collectifs de santé (4/6) »
à la Une

La pénurie des moyens engendre le conflit, la maltraitance… et l’absentéisme (3/6)

Jean-Luc , chef de pôle au CHU de La Timone … suite de “Je ne suis pas rentable alors qu’un hôpital bien géré doit faire du profit » (2/6)

Parole du 30 janvier, mise en texte avec Olivier

La pénurie des moyens engendre le conflit…

Surtout chez nous, car on a toujours l’idée, en tant que médecins, que nos propres malades sont prioritaires par rapport aux autres. Ce qu’il y a d’un peu cynique, c’est que souvent les administrations jouent là-dessus.
Quand en réanimation pédiatrique, par exemple, il y a douze lits ouverts au lieu de vingt, par manque de personnel, lorsque vous arrivez le matin les réanimateurs vous disent qu’ils n’ont que trois lits vacants pour vous en sortie de bloc.
Or ce matin-là chez les enfants, vous avez cinq chirurgiens qui ont besoin pour cinq malades tout aussi importants, d’un lit de réanimation post-opératoire. Et que disent les réanimateurs : “Bon les gars, débrouillez-vous entre vous, mais nous on ne peut prendre que trois enfants et vous êtes cinq à avoir besoin d’un lit de réa. Donc on en annule deux, décidez entre vous”.
Quoiqu’on fasse on va finir par s’engueuler. Parce qu’on est des êtres humains.

Continuer à lire … « La pénurie des moyens engendre le conflit, la maltraitance… et l’absentéisme (3/6) »
à la Une

Je ne suis pas rentable alors qu’un hôpital bien géré doit faire du profit (2/6)

Jean-Luc, chef de pôle,
suite de “je travaille à l’hôpital public par choix complet, absolu” (1/6)

Parole du 30 janvier, mise en texte avec Olivier

 Régulièrement on nous dit à nous les chefs de pôle, « regardez à quel point vous vous débrouillez mal, prenez donc exemple sur les ESPIC, les hôpitaux privés à but non lucratif. ».

Vous n’êtes pas rentables alors que l’hôpital bien géré doit faire du profit

En général ce sont des hôpitaux de qualité puisqu’ils récupèrent les chefs de clinique qui n’ont pas pu être professeurs agrégés pour des questions de circonstances, parce deux personnes arrivaient au même moment par exemple. Les médecins qui travaillent sont bons mais la grosse différence d’un ESPIC, c’est qu’il n’est pas contraint de recevoir tout le monde. Ils ne sont pas recours et peuvent adresser les patients complexes aux hôpitaux publics. Ils font surtout une chirurgie hautement lucrative. Ils choisissent les pathologies les plus lucratives et les développent bien.

Continuer à lire … « Je ne suis pas rentable alors qu’un hôpital bien géré doit faire du profit (2/6) »
à la Une

« Les soignants sont autant dans l’humain que dans le technique »

Fabien, infirmier aux urgences de l’hôpital

Parole de mars 2021, mise en texte avec Pierre

Ce jour là, je suis infirmier d’accueil aux urgences de l’hôpital de Saint Nazaire. Une femme se présente avec une demande d’échographie pour une douleur abdominale. « Mon médecin me dit que j’ai peut-être une appendicite. J’ai appelé quatre ou cinq cabinets de radiologie. Aucun ne peut me proposer un rendez-vous avant quinze jours. » L’hypothèse diagnostique du médecin traitant n’est pas anodine. De plus, même si elle n’est pas très douloureuse, cette femme est suffisamment gênée, et son état est susceptible de se dégrader rapidement. Elle est un peu désolée. Elle voit bien que sa situation n’a rien à voir avec celle des gens qui arrivent avec des traumatismes ou des crises aigües. Elle a pourtant réellement besoin, maintenant, de déterminer quelle sera la suite pour elle.

Continuer à lire … « « Les soignants sont autant dans l’humain que dans le technique » »
à la Une

L’insoutenable subordination des salariés, par Danièle Linhart

Note de lecture

Ed Érès – 25€

Une note lecture parue dans OpenEdition présente le dernier livre de la sociologue du travail Danielle Linhart. On connaît son approche radicale des rapports de domination sur le lieu de travail. Elle aborde ici ce qu’il faut bien appeler un point aveugle du droit du travail : le lien de subordination du salarié vis-à-vis de son employeur qui est, dans la doctrine juridique classique, la contrepartie de la protection d’un certain nombre de droits dont bénéficie le salarié dans le cadre du contrat de travail. Très peu d’observateurs et de chercheurs en sciences sociales se sont attelés à travailler sur ce monumental paradoxe ayant acquis une « naturalité » évidente pour tous : les droits de l’Homme et du citoyen de 1789 (figurant en préambule de notre constitution) et la Déclaration universelle des droits de 1948, qui font de chaque être humain une personne « libre », n’ont plus cours à partir du moment où il oeuvre dans le cadre du contrat de travail, en particulier dans l’entreprise…. Qui nous sortira de ce paradoxe proprement invivable au 21° siècle ?

à la Une

Je travaille à l’hôpital public par choix complet, absolu (1/6)

Jean-Luc , chef de pôle au CHU de La Timone

Parole du 30 janvier, mise en texte avec Olivier

A la fin de mes études, il n’y avait pas de place universitaire et je suis allé travailler dans le privé. J’ai fait 6 ans d’activité libérale comme chirurgien orthopédiste adulte, où j’ai gagné beaucoup, beaucoup d’argent. C’est très lucratif, le libéral.

Ensuite, comme cela avait été évoqué avec mes maîtres, j’ai rejoint l’hôpital pour un poste universitaire de professeur agrégé et j’ai fait le parcours habituel de chef de service. D’abord les urgences pédiatriques pendant quinze ans, puis une dizaine d’années de chef de service d’orthopédie pédiatrique, où je n’opère pratiquement plus que des colonnes vertébrales et des tumeurs malignes chez les petits enfants.

Continuer à lire … « Je travaille à l’hôpital public par choix complet, absolu (1/6) »
à la Une

« Aujourd’hui, la suprématie de la rentabilité économique conduit à reléguer au second plan l’exigence de la qualité des soins »

Stéphane, Professeur hospitalo-universitaire au CHU « Robert Debré » – Paris

Parole du 13 février 2021, mise en mots par François

Après ma formation à la faculté de médecine de Limoges, j’ai réalisé mon internat de Pédiatrie en Basse Normandie au CHU de Caen, et je suis arrivé à Paris pour effectuer la fin de mon internat et une année de recherche. J’ai à présent 51 ans. En 2006, je suis devenu Professeur des Universités –Praticien Hospitalier et j’ai simultanément pris la responsabilité du service de réanimation pédiatrique à l’hôpital Robert Debré, à Paris. Chaque année notre service accueille dans des situations de santé altérées environ 1.000 à 1.200 enfants : du nourrisson de deux jours de vie à l’adolescent jusqu’à 18 ans.

Continuer à lire … « « Aujourd’hui, la suprématie de la rentabilité économique conduit à reléguer au second plan l’exigence de la qualité des soins » »
à la Une

Ateliers pour la refondation du service public hospitalier

Pour suivre l’actualité des Ateliers, c’est ici : https://ateliersrefondationhopitalpublic.org/

Ces Ateliers ont été lancés en pleine crise sanitaire par le Collectif Inter-Urgences, les Économistes Atterrés, le Collectif Inter-Hôpitaux, le Printemps de la psychiatrie, les Ateliers Travail et Démocratie dont l’Appel du 7 juillet 2020 a été rejoint par de nombreux signataires, collectifs et individuels, notamment la Compagnie Pourquoi se lever le matin ! En effet, l’Atelier est bâti autour de témoignages du travail concret de personnes travaillant dans le secteur de la santé et d’usagers de ces services publics. Ces récits, que nous contribuons à réaliser, alimentent les réflexions pour réinvestir les collectifs de soin, le travail institutionnel et la question critique de la gouvernance avec en son coeur la démocratie sanitaire à réinventer. Une dizaine de textes sont déjà parus, à lire ci-dessous. D’autres sont en préparation.

à la Une

Vu « d’en haut », du moment qu’on opère les gens, tout va bien

Philippe, anesthésiste-réanimateur en chirurgie cardiaque

Parole du 5 février, recueillie par Pierre, mise en texte par Christine

Le CHU Laennec

Un patient comme ce jeune de quarante ans, qui a fait un arrêt cardiaque, arrive dans mon service parce que les grosses machines sont ici. C’était la semaine dernière, il était en bonne santé, sans aucun antécédent. Sa femme avait suivi le camion du SAMU, mais elle n’a pas pu entrer dans la chambre de réanimation tout de suite parce qu’on avait énormément de tuyaux à installer.

Continuer à lire … « Vu « d’en haut », du moment qu’on opère les gens, tout va bien »
à la Une

Actuellement, c’est compliqué pour nous, il y a un clair risque pour la démocratie syndicale

Valérie, Secrétaire syndicale, branche « Transports » – Canton de Genève

Parole de février 2021, recueillie par Martine, mise en texte par François

Mon travail est extrêmement protéiforme. Je suis secrétaire syndicale en charge des salariés de la branche « Transport » pour le canton de Genève. Je suis donc salariée de mon syndicat : le SEV. J’ai en responsabilité les travailleurs des transports, c’est à dire ceux en poste aux Chemins de Fer Fédéraux (CFF), mais également les travailleurs des TPG (Transports Publics Genevois) ceux des tramways, des trolleybus, des autobus, des bateaux et même ceux affectés aux remontées mécaniques, qu’ils les conduisent, les réparent ou les organisent … et ce, qu’ils soient employés dans le secteur public ou dans des entreprises de droit privé réalisant des prestations publiques.

Continuer à lire … « Actuellement, c’est compliqué pour nous, il y a un clair risque pour la démocratie syndicale »
à la Une

“Si on ne se réunit plus, on ne peut plus soigner”

Delphine, praticien hospitalier en psychiatrie

Parole du 16 février 2021, mise en texte avec Christine

A la Queue-en-Brie, chacun des six pavillons de l’hôpital des Murets est un service. Dans celui dont je suis responsable nous avons vingt-neuf chambres, plus une chambre d’isolement. Les personnes peuvent être hospitalisées quelques jours, quelques semaines ou mois, sortir, revenir. Certaines ne peuvent pas sortir, comme ces patients psychotiques qui sont là depuis vingt ans. Il y a eu des tentatives pour les faire sortir, vers des appartements thérapeutiques, mais ils sont revenus au bout de quelques jours ou semaines. Ils ont tous leurs repères dans l’unité d’hospitalisation, ils ont besoin d’une approche thérapeutique.

Continuer à lire … « “Si on ne se réunit plus, on ne peut plus soigner” »
à la Une

“Pour continuer à faire vivre la pédopsychiatrie”

Martin, pédopsychiatre dans une Unité d’accueil familial thérapeutique et Centre médico-psychologique

 Parole du 16 février 2021, mise en texte avec Jacques

L’approche analytique, la psychodynamique sont indispensables à ma pratique. C’est une évidence. Cependant je ne suis pas allé jusqu’à devenir psychanalyste. Je m’occupe d’enfants qui sont dans des familles d’accueil et aussi protégés par l’Aide sociale à l’enfance. Ils ont eu un démarrage difficile dans la vie. Ils ont subi des carences et ont dû faire face à des maltraitances de la part de parents qui n’arrivaient pas à être parents pour des raisons souvent très tumultueuses. Ils sont protégés par le juge parce que leurs parents ne peuvent s’en occuper, en raison souvent de problèmes psychiatriques.

Continuer à lire … « “Pour continuer à faire vivre la pédopsychiatrie” »
à la Une

Entre cours en visio et stages, les pérégrinations d’une étudiante

Anne-Charlotte, étudiante en médecine

Parole du 18 janvier 2021, mise en texte avec Martine

De mars à juin 2020 en pleine crise sanitaire, j’étais en troisième année de médecine, je n’avais plus de cours, j’étais confinée, chez moi, avec mon conjoint. Les professeurs nous envoyaient les diaporamas correspondant à leur cours en amphithéâtre, sur notre espace de travail virtuel. On a bossé, tout seul à la maison, chacun de notre côté, même si avec mon petit groupe d’amis on s’appelait tous les jours.

Continuer à lire … « Entre cours en visio et stages, les pérégrinations d’une étudiante »
à la Une

Atelier pour la refondation du service public hospitalier

La rencontre prévue à Marseille les 23 et 24 janvier est reportée

Le collectif organisateur de l’Atelier a été amené à reporter l’Atelier à une date ultérieure. Nous diffusons néanmoins le programme qui est le fruit d’un travail collectif continu. Il est en ligne, ici. La Compagnie Pourquoi se lever le matin participe à ce collectif, qui construit l’Atelier autour de témoignages d’expériences et du travail concret des soignants et des usagers, pour à partir de ces témoignages, contribuer à repenser le service public hospitalier ainsi qu’à ses frontières et à son articulation avec la ville. Cela avec pour démarche de réinvestir les collectifs de soin, le travail institutionnel et la question critique de la gouvernance avec en son cœur la démocratie sanitaire à réinventer. Les premiers textes sont disponibles dans notre dossier refonder le service public hospitalier.

à la Une

Pour une psychiatrie humaine

Olivia, militante associative

Parole du 21 décembre 2020, mise en texte avec Christine

Est-ce que le militantisme est un travail ? En tous cas, c’est le travail que je me donne, avec l’association HumaPsy, où il faut avoir eu une expérience de la psychiatrie en tant que patient pour être membre actif, et où les tâches sont partagées, ça tourne. La notoriété d’HumaPsy est encore faible mais les réseaux sociaux fonctionnent bien.

Continuer à lire … « Pour une psychiatrie humaine »
à la Une

Débrancher sa caméra en visioconférence : ce n’est pas qu’une affaire de débit internet

Pascale, coach et facilitatrice en intelligence collective.

Parole du 15 décembre 2020, mise en texte avec Roxane

Le télétravail, c’est paradoxal pour moi. Je peux en dire tout et son contraire. Il est outil d’équilibre et de déséquilibre individuel et collectif. Tout le monde est très content que cela se mette en place, mais il y a des travers sur le plan social et psychologique qui ne sont pas encore analysés. 

Continuer à lire … « Débrancher sa caméra en visioconférence : ce n’est pas qu’une affaire de débit internet »
à la Une

Les « petites barcasses » ont su mieux s’adapter que les « gros paquebots ».

Michel, ingénieur de recherches

Parole du 17 décembre 2020, mise en texte avec François

J’ai une formation de pharmacien mais depuis 1989 je ne travaille plus en officine car je me suis alors engagé dans l’association AIDES dès la fin de mes études et ainsi participé à la mise en place de réponses communautaire avec toutes les personnes infectées ou affectées par le VIH … et j’ai continué à mener ces  actions tout au long de ma vie dans plusieurs structures dont le centre régional d’information et de prévention du sida et pour la santé des jeunes (CRIPS) en Ile de France pendant quelques mois entre 2015 et 2016.

Continuer à lire … « Les « petites barcasses » ont su mieux s’adapter que les « gros paquebots ». »
à la Une

« Nous étions devenus des personnes en mission humanitaire dans un pays qui est l’un des plus riches de la planète. »

Elisa, accueillante, conseillère conjugale et familiale

Parole du 21 décembre 2020, mise en texte avec François

« Le château en santé » est situé dans le quinzième arrondissement de Marseille. Il est installé dans une bastide du dix-neuvième siècle qui a été longtemps inoccupée. Il offre aux habitants de ces quartiers, situés au nord de la ville, des consultations de médecine générale, des entretiens sociaux ou infirmiers, des suivis orthophoniques, de l’interprétariat… Nous avons fait le choix d’une logique d’action explicitement pluridisciplinaire. En complément d’approches individualisées nous développons des dispositifs collectifs au travers de différents groupes de réflexion, de marche, de parole, d’entraide et de partage des savoirs et des expériences.

Continuer à lire … « « Nous étions devenus des personnes en mission humanitaire dans un pays qui est l’un des plus riches de la planète. » »
à la Une

L’entraide permanente, c’est le soin

Patrick, psychiatre de service public, en charge du Centre Antonin Artaud

Parole de décembre 2020, mise en texte avec Pierre

« … J’ai franchement l’impression de vivre dans un monde de fous ! Comme si on voulait nous imprégner d’une réalité qui semble fausse, alors que je passe mon temps à m’ancrer dans votre réalité avec mes troubles psychiques… » Le patient qui s’exprime ici a eu un très long trajet psychothérapique avec le Centre de jour Antonin Artaud que je dirige, à Reims. Il a dû faire un énorme effort pour arriver à se sortir de la folie qu’il a traversée. Et voilà maintenant qu’on lui demande d’entrer dans la réalité d’un confinement qui a toutes les apparences d’une situation folle.

Continuer à lire … « L’entraide permanente, c’est le soin »
à la Une

Le métier de guide conférencière à l’épreuve du virtuel

Émilie, guide conférencière

Parole du 15 novembre 2020, mise en texte avec Christine

Pour découvrir son travail sur le terrain, voir aussi le texte « Versailles pour tous les publics »

Au mois de mars, j’ai eu de grosses angoisses à l’annonce du confinement général. À Versailles, nous nous étions tous dit « à dans quinze jours ! » quand ils ont fermé le château. Mais j’avais très peur que la RMN, la Réunion des Musées Nationaux, nous mette en chômage technique, donc à 80% de mon salaire. Quant à mon autre activité, de guide conférencière indépendante…

Continuer à lire … « Le métier de guide conférencière à l’épreuve du virtuel »
à la Une

Versailles pour tous les publics

Émilie, guide conférencière

Parole du 15 novembre 2020, mise en texte avec Christine

Pour mieux comprendre les effets de la crise sanitaire sur son travail, voir aussi le texte : « le métier de guide conférencière à l’épreuve du virtuel »

Le 6 juin, Versailles a été le premier musée à rouvrir après le premier confinement et les conférenciers ont énormément travaillé … jusqu’au confinement de novembre. Les touristes ne sont pas revenus, les entrées au château ont baissé considérablement. Mais les franciliens sont venus en famille et ils voulaient davantage que ce qu’ils connaissaient déjà.

Continuer à lire … « Versailles pour tous les publics »
à la Une

P.S. Le télétravail d’accord, mais avec de la souplesse

Françoise, agente bancaire, commerciale

Parole de novembre 2020, mise en texte avec Roxane – Post Scriptum au texte J’aime bien cloisonner : chez moi c’est chez moi et la banque, c’est la banque !, du 15 juillet 2020

Entre les deux confinements deux équipes ont été créées, qui alternaient bureau et télétravail. Dans mon service, où on est une vingtaine, le patron autorisait chacun à venir au bureau à condition de ne pas  être trop nombreux et d’adopter les règles sanitaires, que nous rappellent les  inspecteurs  du travail, et qu’il s’agit  de respecter. 

Continuer à lire … « P.S. Le télétravail d’accord, mais avec de la souplesse »
à la Une

Je ne suis pas une femme de distance

Pia, syndicaliste aux Hospices Civils de Lyon

Parole de décembre 2020, mise en texte avec Martine

Mon travail et la première de mes responsabilités c’est d’aller physiquement voir les personnels dans les services hospitaliers, c’est comme ça que la parole se délie. J’y vais souvent accompagnée par mes collègues syndicalistes, au moment de la pause la plupart du temps. On ne prend pas rendez-vous quand on va dans les services de soins, on sait qu’il y a un vrai besoin.

Continuer à lire … « Je ne suis pas une femme de distance »
à la Une

Communication : le défi de la mise en visibilité du travail réel

Sur le blog de Jean-Marie Charpentier

Après « le travail dans la crise, révéler avant d’accélérer », en octobre dernier, Jean-Marie nous offre aujourd’hui ce billet, tout aussi intéressant et convergeant avec le travail de la Compagnie Pourquoi se lever le matin !

à la Une

Télétravail : l’État, un employeur loin d’être exemplaire…

Un article d’Alain Klarsfeld

Cet article, paru le 18 novembre sur le site « the conversation », donne la parole à des agents de la fonction publique d’État sur la manière dont elle s’est mise – ou plutôt pas – en télétravail en application des circulaires qui le demandaient. Il pose des questions techniques comme celle des outils de signature électronique. Mais surtout des questions autour des représentations associées au télétravail, « télé-glandouille ? » et de l’impérieuse nécessité pour certains managers d’exercer un contrôle in-situ.

à la Une

“Making of”de l’activité de la Compagnie Pourquoi se lever le matin !

Dans les coulisses du travail – à distance – des compagnons

Mars – octobre 2020

Nous en étions convaincus, rien ne valait l’intimité d’une vraie rencontre pour faire émerger la parole des travailleurs, parler de son travail n’allant pas de soi. Et le confinement de mars est arrivé. La Compagnie Pourquoi se lever le matin ! s’est ainsi créée autour de nos téléphones, de nos écrans, et dans l’urgence de donner la parole au travail.  

Continuer à lire … « “Making of”de l’activité de la Compagnie Pourquoi se lever le matin ! »
à la Une

P.S. D’ici l’année prochaine on va perdre beaucoup de clients.

Véronique, responsable d’un service de gestion des payes en sous-traitance

Parole du 15 novembre 2020, mise en texte avec Roxane. Post-scriptum au texte de Véronique du 15 Juin 2020 : “gérer des payes dans la cacophonie de la crise sanitaire”

Au premier confinement le président de la République avait  balancé : «Tout le monde reste à la maison, en télétravail ou pas».  À la suite du déconfinement, autour du 11 mai, j’ai repris le travail complètement au bureau. À mon grand soulagement. Au deuxième confinement le même président a dit : “Tout le monde travaille, avec une option sur le télétravail si c’est possible”. C’est devenu une obligation. Sauf pour les entreprises industrielles, métallurgiques et artisanales.    

Continuer à lire … « P.S. D’ici l’année prochaine on va perdre beaucoup de clients. »
à la Une

“Au bout de sept jours d’intérim dans la logistique pendant les vacances, j’ai arrêté l’expérience : un travail abrutissant et répétitif”

Gérald, étudiant

Parole du 15 septembre 2020, mise en texte avec Jacques

Le vélo ce n’est pas aussi cool qu’on pourrait le croire… ni aussi “fun” que ne l’affichent les sites de vente sur Internet. Pour me faire un peu d’argent avant d’intégrer mon école, j’ai travaillé pendant les vacances universitaires pour une entreprise de logistique en tant qu’intérimaire.

Continuer à lire … « “Au bout de sept jours d’intérim dans la logistique pendant les vacances, j’ai arrêté l’expérience : un travail abrutissant et répétitif” »
à la Une

Rien n’a changé, si ce n’est qu’on est fatigués et qu’on est seuls. On l’est toujours et depuis des années, mais là, ça ne va pas le faire.

Infirmières et médecins de l’hôpital St Louis racontent leur travail en novembre 2020. A re-écouter sur France Culture

Merci France Culture, l’émission « les pieds sur terre », du 12 novembre. Infirmières et médecins du service de réanimation de l’hôpital St Louis à Paris racontent leur travail, dans un reportage sans blabla. Un reportage de Joseph Confavreux qui donne la parole au travail, comme nous le faisons à la Compagnie Pourquoi se lever le matin !

à la Une

Numéro 3 de la revue Travailler Au Futur (TAF) -septembre 2020

Saviez-vous que Jack London, avait imaginé une pandémie planétaire en… 2073 : La peste écarlate ?

Ce numéro 3 de la revue Travailler Au Futur (TAF) de septembre 2020, titré « Prendre soin du travail » est consacré, sans surprise, à la COVID-19.

Après l’édito de Patrick Le Hyaric « Quand la crise sanitaire révèle le travail », des chiffres : 1 jeune sur 6 dans le monde, a perdu son emploi ; les femmes, comme les jeunes, sont les plus touchées ; 400 millions d’emplois ont été perdu sur toute la planète. Seulement 18% de travailleurs peuvent télétravailler.  

Continuer à lire … « Numéro 3 de la revue Travailler Au Futur (TAF) -septembre 2020 »
à la Une

“C’est assez fou, mais ça s’est fait”

Mars – Juillet 2020 : prouesses de travail à distance dont il faudra se souvenir

La Compagnie Pourquoi se lever le matin ! revient sur ce qu’elle a vu poindre au fil des récits qu’elle a publiés dans le dossier « Travailler à distance« .

Les premiers récits recueillis par la « Compagnie Pourquoi se lever le matin ! » après le début du confinement parlent de l’isolement provoqué par le travail à distance.

Continuer à lire … « “C’est assez fou, mais ça s’est fait” »
à la Une

Zoom ? Canva ? Drive ? Finalement le Qi Gong à distance sera sur YouTube

Corine, enseignante de Qi Gong

Parole du 3 juillet 2020, mise en texte avec Martine et Christine

Quand j’ai commencé à enseigner le Qi Gong, je voulais que cette activité soit accessible à tous, je ne voulais pas faire cela dans une association pour riches. Alors, j’ai fondé « Ombre et lumière » avec quelques amis, en 2015.

Continuer à lire … « Zoom ? Canva ? Drive ? Finalement le Qi Gong à distance sera sur YouTube »
à la Une

Le manifeste travail – Démocratiser Démarchandiser Dépolluer

Lecture de rentrée

126 pages – 13€

Nous vous présentions en mai dernier, sur le site de la Compagnie Pourquoi se lever le matin, la tribune publiée par douze chercheuses, rapidement rejointes par des milliers de signataires issus de six-cents universités de par le monde, pour démocratiser, démarchandiser, dépolluer le travail. Elles plaçaient le travail, celui des « premiers de corvée » notamment, au coeur des enjeux de notre société et du devenir de notre planète.

Continuer à lire … « Le manifeste travail – Démocratiser Démarchandiser Dépolluer »
à la Une

Quand la distance conduit à repenser comment on travaille ensemble

Corine, directrice du Centre Associatif de Vénissieux

Parole du 3 juillet 2020, mise en texte avec Martine et Christine

Quand le confinement est arrivé, les huit salariés du Centre sont passés prendre ce dont ils avaient besoin pour travailler : nos ordinateurs portables et des dossiers sur nos clés USB. L’un de nous a emporté le serveur fixe chez lui, pour gérer les envois de dossiers. Je me demandais bien quelles activités nous pourrions mener avec les associations si tout était fermé.

Continuer à lire … « Quand la distance conduit à repenser comment on travaille ensemble »
à la Une

L’APSE

Association des Professionnels en Sociologie de l’Entreprise

L’APSE : une association réunissant sociologues praticiens, chercheurs et professionnels partageant une même conviction : mieux comprendre les situations de travail et les entreprises permet de les transformer, et ainsi contribue à agir dans la société. L’APSE cherche à créer des ponts et du dialogue entre le monde de l’entreprise, le monde de la recherche et de l’enseignement, le monde des intervenants en milieux professionnels et de manière générale l’ensemble des personnes et institutions qui s’intéressent aux usages appliqués de la sociologie en entreprise.

à la Une

Distance et proximité en classe virtuelle

Sophie, professeure de français en collège

Parole de juillet 2020, mise en texte avec Pierre

Lorsque je commençais une séance de classe virtuelle, les noms des élèves connectés s’affichaient sur mon écran. Je leur avais envoyé le lien sur la messagerie du logiciel « Pronote »[1]. Ils n’avaient plus qu’à rejoindre la session que j’avais moi-même ouverte et dont je maîtrisais les paramètres. Je n’ai jamais utilisé la fonction qui permet de voir les interlocuteurs à l’image. Dans une classe à distance, depuis mon domicile, activer la vidéo aurait eu pour effet d’incruster mon travail dans le décor de ma vie personnelle.

Continuer à lire … « Distance et proximité en classe virtuelle »
à la Une

“En télétravail, quand je ne suis pas motivé, je n’ai pas l’énergie collective pour venir à ma rescousse”

Camille, ingénieur dans une installation nucléaire

Parole du 3 juillet 2020, mise en texte avec Roxane

Je suis ingénieur travaux et à ce titre, je participe aux opérations d’assainissements de démantèlements d’un réacteur graphite gaz (ancienne génération), sur les phases de cadrage de besoin, de consultation et de suivi des entreprises. Comme tout démantèlement, cela doit se faire en respectant les règles du code du travail et du code de la santé publique. Mais en plus, la problématique radiologique accentue les obligations et la minutie du suivi des différents chantiers.

Continuer à lire … « “En télétravail, quand je ne suis pas motivé, je n’ai pas l’énergie collective pour venir à ma rescousse” »
à la Une

Soigner le cancer, un travail collectif de la chaîne des soins

Le travail quotidien des acteurs d’un pôle oncologie

Depuis des mois, les soignants sont sous les feux de l’actualité, qu’ils manifestent pour pouvoir faire leur travail ou qu’ils le fassent intensément pour traiter la Covid. Avec textes que nous publions dans le dossier « Soigner le cancer » nous leur donnons la parole sur leur travail quotidien, leur professionnalisme et leur engagement humain. Ces textes, réalisés à l’initiative de Pierre Madiot, comme il l’explique dans son avant-propos, sont d’abord un hommage au travail des soignants du pôle oncologie d’une clinique mutualiste. Plus de trente personnes, soignants et non-soignants, y ont apporté leur contribution.

Continuer à lire … « Soigner le cancer, un travail collectif de la chaîne des soins »
à la Une

Face aux crises, quelle communication pour aider les entreprises à survivre ?

Une tribune publiée par Jean-Marie Charpentier et Jacques Viers

Co-auteurs du livre Communiquer en entreprise. Retrouver du sens grâce à la sociologie, la psychologie, l’histoire… (Vuibert, 2019), Jean-Marie Charpentier et Jacques Viers appellent dans cette tribune, parue sur Usbek&Rica, à refonder la communication des entreprises sur des nouvelles bases, notamment sur les notions de résonance et de de don. Quand la communication d’entreprise s’intéresse au travail, elle devient tout autre chose que de la propagande.

à la Une

J’aime bien cloisonner : chez moi c’est chez moi et la banque, c’est la banque !

Françoise, agente bancaire, commerciale.

Parole du 15 juillet 2020, mise en texte avec Roxane

Dans la banque où je travaille – 5500 employés dont 3600 en France – mes clients sont des grandes entreprises, entre autres de la grande distribution, de l’énergie-chimie, des loisirs et médias, de la distribution de luxe. En tant qu’assistante commerciale, je navigue entre deux pôles essentiels : les commerciaux et les clients. Je suis le point d’entrée des appels de la clientèle. Dans notre service,  je tiens à le dire,  les appels arrivent directement sur mon bureau et non sur une plate forme téléphonique. C’est notre point fort. Si c’est un problème, une question sur le suivi quotidien de leur compte, j’y réponds. Untel m’appelle pour avoir la confirmation d’une opération urgente, il ne comprend pas une opération sur son compte… je mets à jour leurs dossiers et j’ai une vue globale sur la clientèle. C’est un suivi administratif primordial. Mais si le client veut du nouveau matériel, s’il a besoin de maintenance… alors je le renvoie  auprès du commercial concerné. 

Continuer à lire … « J’aime bien cloisonner : chez moi c’est chez moi et la banque, c’est la banque ! »
à la Une

Pour la refondation du service public hospitalier

Atelier de travail et de réflexion démocratique et populaire – Première rencontre le 10 octobre à Montreuil

Les collectifs qui ont lancé, le 7 juillet dernier, l’appel pour refonder le service public hospitalier, organisent rencontre de lancement le 10 octobre, à l’AERI, 57 rue Etienne Marcel à Montreuil. Elle est ouverte à toutes et tous, sur inscription (dans la limite des places disponibles). Pour s’inscrire, c’est ici. Voici une présentation de cette action et le programme de la journée du 10 octobre …

Continuer à lire … « Pour la refondation du service public hospitalier »
à la Une

Du « travail à distance » au télétravail

Le point sur le cadre réglementaire existant et les enjeux, par Michel Miné

Michel Miné, titulaire de la chaire Droit du travail et droits de la personne au CNAM, nous offre dans un article publié par « the conversation »Télétravail : des règles juridiques à redécouvrir et à rendre effectives – un rappel de l’encadrement juridique existant et quelques pistes sur les enjeux.

Continuer à lire … « Du « travail à distance » au télétravail »
à la Une

Ce n’est pas parce que je ne peux pas en faire , que je n’ai pas d’avis sur le télétravail

Pierre, syndicaliste dans la fonction publique territoriale

Paroles du 2 juillet 2020, mises en texte avec Martine

Je travaille à la voirie pour le Département du Rhône, je suis secrétaire-adjoint du syndicat CGT, je siège à la Commission Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail (CHSCT) et en Commission Administrative Paritaire des catégories C (CAP C). Je suis aussi référent route pour la région Auvergne-Rhône-Alpes au syndicat CGT de la Fonction Publique Territoriale, à Paris. Je pense que le télétravail c’est politique.

Continuer à lire … « Ce n’est pas parce que je ne peux pas en faire , que je n’ai pas d’avis sur le télétravail »
à la Une

Les nouveaux travailleurs des applis

Note de lecture

D:\François\Revue-Sociologies pratiques\sociologies pratiques n° 42\Notes de lecture\Les nouveaux travailleurs des applis. (couverture).jpg
Abdelnour S., & Méda D., (dir.), Paris, Puf, 2019, 112 p., 9,50 €

Pour appréhender les relations de travail générées par les plateformes numériques, Sarah Abdelnour et Dominique Méda mobilisent les enquêtes qu’elles ont elles même conduites mais aussi les travaux d’une dizaine de collègues sociologues, politistes et juristes. Ensemble, ils vont s’intéresser au phénomène d’ubérisation. Le néologisme « ubérisation » rassemble des formes fort diverses de relations entre consommateurs et prestataires. Selon le dictionnaire Le Robert, l’ubérisation d’un secteur d’activité se manifeste : par la transformation de celui-ci par un modèle économique innovant tirant parti du numérique. Au-delà d’une mise en relation directe qui supprime les intermédiaires historiques des marchés de biens et services, face magnifiée par les plateformes, que génèrent celles-ci en matière de travail et d’emploi ? Sont-elles une voie pertinente pour effacer un modèle socio-économique de plus en plus décrié ou participent-elles, insidieusement, à l’érosion des conditions de travail et d’emploi d’un nombre croissant de personnes laissées de côté par la mondialisation des échanges ?

Continuer à lire … « Les nouveaux travailleurs des applis »
à la Une

Soigner le cancer 20/20 – « Je revendique le fait d’avoir eu un cancer. »

Christine, patiente ressource

Dernièrement, j’ai vu une dame qui ne pensait qu’à une seule chose : « Je vais mourir ». « Tous les gens qui ont le cancer meurent », disait-elle. L’infirmière lui a proposé de me rencontrer. Je me suis présentée : « Bonjour, je m’appelle Christine. Je suis patiente ressource, c’est-à-dire que j’ai eu un cancer et que j’ai accepté de partager mon expérience. Mais vous pouvez me mettre à la porte… »

Continuer à lire … « Soigner le cancer 20/20 – « Je revendique le fait d’avoir eu un cancer. » »
à la Une

Le texte « Travail : démocratiser, démarchandiser, dépolluer » a été publié dans 36 pays

Manifeste du 16 mai 2020

Enfin un texte abordant la question de l’après crise sanitaire et qui place le travail concret, vivant, pas le travail abstrait, désincarné car déshumanisé au coeur des enjeux sociaux et environnementaux auxquels nous sommes confrontés.

Le texte « Travail : démocratiser, démarchandiser, dépolluer » a été publié dans 41 médias de 36 pays, en 25 langues. Initialisé par huit chercheuses en sciences sociales, il est maintenant signé par 4000 de leurs collègues.

La crise sanitaire que nous vivons a bousculé les représentations que nous nous faisons des métiers et de leur hiérarchie sociale et monétaire. Les premiers de corvée ont remplacé les premiers de cordée !

Continuer à lire … « Le texte « Travail : démocratiser, démarchandiser, dépolluer » a été publié dans 36 pays »