Accueil

Un bâtiment hospitalier ne soigne pas par lui-même. Une salle de classe n’enseigne pas. Les salades ne poussent pas toutes seules. Un train n’avance pas tout seul. De même, un produit ne se fabrique ni ne se vend, un colis ne se livre… qu’avec du travail humain, vivant. En mars 202, nous avons créé La compagnie Pourquoi se lever le matin !  Une association à but non lucratif, pour apporter le point de vue du travail, exprimé par ceux qui le font, dans les débats qui agitent notre société : santé, alimentation, enseignement, transport, énergie … et bien d’autres encore. Pour en savoir plus : cette vidéo réalisée par nos amis de l’APSE. Pour suivre nos publications, il suffit de vous abonner à ce site.

Les dernières nouvelles de la Compagnie – octobre 2022

Nos chantiers en cours, nos réactions à l’emballement médiatique de septembre dernier sur la « valeur travail », notre coup de coeur éditorial de la rentrée, notre séminaire d’été, on vous dit tout dans ces dernières nouvelles de la Compagnie Pourquoi se lever le matin !

Travail et territoires

Le port de Saint-Nazaire

Chaque travail est situé. Il s’exerce quelque part. Et ce « quelque part » est loin d’être neutre. Mais comment cerner l’ensemble des périmètres vastes ou minuscules où s’exerce le travail ? Quels enjeux individuels et collectifs ? Comment amener nos interlocuteurs sur ce terrain-là ? Vaste sujet, vaste projet qui est entré dans une phase d’écriture intense. 24 entretiens ont déjà été réalisés, dont 8 récits déjà publiés sur notre site. La Compagnie se mobilise autour de Pierre qui mène le projet sur la région de Saint-Nazaire.  

Les artisans de Salers

… ce n’est pas que le territoire de la vache éponyme.
Salers…

Dans le registre « Travail et territoires », Roxane a réalisé 15 entretiens auprès des artisans du pays de Salers. Qu’est-ce qui réunit cette singulière communauté de travail, l’espace d’une saison ? Quels sont les gestes professionnels de ces artisans ? Que mettent-ils d’eux-mêmes, en ce lieu, dans ce qu’on appelle des métiers d’art  ?

Travailler à distance

La Compagnie avait recueilli de nombreux récits de travail à distance, plus d’une quarantaine. Ces récits ont été parfois complétés par des post-scriptum. Cette prise de distance est propice à une mise en perspective dont se charge François.

Le travail est en bonne voie…

Rentrée de septembre : Le débat sur le travail s’emballe

Tout est parti d’une déclaration de Fabien Roussel disant préférer la gauche du travail à celle des allocations. Tollé général.  Chacun, à gauche, y est allé de sa déclaration outrée pour faire du travail le marqueur d’une lutte pour l’emploi ou pour le « temps libre » ou contre l’aliénation, ou contre telle ou telle exclusion. Le summum a été atteint lorsqu’on a pu entendre que le travail serait « une valeur de droite »… La Compagnie n’entre pas dans cette querelle. Elle s’efforce de distinguer « travail », « emploi » et « conditions de travail ». Elle considère le travail non comme une valeur en soi mais comme une activité qui permet à tout être humain de subsister et, au mieux, de peser sur son environnement et d’affirmer son existence sociale. Ce qui compte, c’est la part de pouvoir, de créativité et de liberté qu’on est alors en mesure de retirer de cette activité et de partager, sachant qu’aucun travail ne peut être réalisé sans un minimum d’initiative et de maîtrise et donc sans un minimum d’autonomie d’exécution. Là est la dignité du travailleur. Cette dignité est une valeur qui découle du sens qu’on accorde à l’activité travail. Et c’est cette dignité-là que la « Compagnie Pourquoi se lever le matin » cherche à mettre en évidence à travers les récits de travail qu’elle recueille.

Dans ce charivari, nous nous sommes plutôt bien retrouvés dans les propos tenus par Yves Clot lors de cette interview publiée par la Midinale de Regards.

Troubles dans le travail, Sociologie d’une catégorie de pensée

Pour ceux qui voudraient aller plus loin dans la compréhension de cette catégorie de pensée polysémique qu’est le travail, recommandons le beau livre de Marie-Anne Dujarier “Troubles dans le travail Sociologie d’une catégorie de pensée”, aux PUF. Pour l’auteure, le concept de travail recouvre trois réalités. Le travail, c’est l’activité (le mal qu’on se donne et le plaisir de s’adonner au monde), le produit de cette activité (l’œuvre matérielle ou immatérielle) et l’occupation permettant de gagner sa vie (l’emploi).

Séminaire de la Compagnie

Trois jours en Ardèche, mi-juin 2022, pour se retrouver, discuter, faire le point sur quelques-uns de nos chantiers et partager de bons moments. A l’image de notre approche du travail et de la composition éclectique de la Compagnie : pas de pression. De la convivialité, de la bienveillance. Un bout de chemin ensemble autour de l’idée de faire dire le travail, l’écouter, le retranscrire et donner à vivre par le récit ce qui en fait la singularité, l’universalité et la dignité.

Puis chacun est reparti vers son univers, son ordinateur et ses chantiers en attendant la prochaine visio. Rien à faire. Se rencontrer en vrai, il n’y a pas mieux…

*************************

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.