Travailler au féminin

La revue TaF, Travailler au Futur, consacre son numéro 2 à un TaF : Travailler au Féminin

disponible en ligne, sur le site de TAF

Où l’on apprend que le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, est un mythe et ne plonge pas ses racines dans la commémoration de la grève de couturières newyorkaises, cet événement n’ayant jamais eu lieu ! « La véritable histoire du 8 mars », un article de F. Picq.

Les 110 pages de ce numéro 2 de la revue Travailler Au Futur (TAF) de mai à août 2020 est donc consacré au travail des femmes.

Maryse Dumas (CGT), Margaret Maruani (CNRS), Françoise Picq (sociologue), Rachel Silvera (économiste), Monique Meron (chercheuse), Laurence Cohen (sénatrice), l’intersyndicale féministe du ministère du travail et Cyril Cosme (OIT) sont les contributeurs de ce numéro. 

Des chiffres, des statistiques ouvrent le débat. J’ai relevé, entre autres : le salaire des femmes est en moyenne inférieur de 22% à celui des hommes ; Les filles réussissent mieux à l’école que les garçons et sont davantage diplômées de l’enseignement supérieur ; l’inégalité des revenus des femmes s’aggrave à la retraite.

Pour l’OIT, l’égalité entre les hommes et les femmes au travail est un droit fondamental, ce n’est pas seulement un moyen de gagner sa vie, c’est aussi un moyen de se réaliser, de faire société et de contribuer au bien commun. Un entretien avec C. Cosme.

Les articles de chaque contributrice (et contributeur) sont éclairés par leur bio éclair. 

Puis vient l’article de M. Dumas, syndicaliste, sur la portée émancipatrice du travail professionnel et domestique.

La revue n’oublie pas la culture, l’histoire et la littérature qui éclairent le présent, avec des textes de Flora Tristan (1803-1844) : « Quel sort a la femme dans la famille ouvrière, où elle est tout ? », de Louise Michel (1830-1905), de Simone de Beauvoir (1908-1986) ou, plus récent, de Claire Etcherelli (née en 1934).

Culture encore puisqu’un article, « Le travail des femmes sous les feux de la rampe » rend compte du festival de Poitiers de 2020 « Filmer le travail ».

Six centrales syndicales donnent ensuite leur point de vue sur le travail des femmes.

Une intervention de deux femmes, M. Maruani et M. Meron, sociologue et statisticienne remet en cause bon nombre d’idées reçues dans leur livre « Un siècle de travail en France, 1901, 1911 ».  

Un portfolio de photos « Le genre au travail » : pompière, avocate, coiffeuse, cheffe de chantier…

Puis à nouveau un article de fond de R. Silvera à propos des inégalités qui n’ont jamais cessé malgré la lutte des femmes.

Puis viennent les témoignages de dix femmes d’aujourd’hui (maréchale-ferrante, juriste, ouvrière textile…), un peu dans la veine de ce que nous faisons à la Compagnie Pourquoi se lever le matin! illustrés de chiffres.

Un entretien avec L. Cohen revient sur l’action législative pour l’égalité entre hommes et femmes.

Pour finir un article collectif émanant de l’intersyndicale féministe du ministère du travail qui luttent pour « tout simplement » faire appliquer la loi, pas si facile !      

Et pour conclure, une bibliographie.

Bref, une revue vivante, complète, instructive, intéressante et agréable à lire. 

Martine Silberstein

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.