Crise :

entre acceptions européenne et chinoise

Comment la crise sanitaire a-t-elle affecté le travail ? Nous avons commencé à le raconter avec les paroles de travailleurs publiées sur ce site. Que sortira-t-il de ce temps que nous traversons depuis le début de l’année 2020 ? Cela reste à écrire. François nous propose ici un éclairage à partir des acceptions européenne et chinoise de la notion de crise

Dans les situations de crise, nos civilisations gréco-latines se réfèrent implicitement aux analyses d’Hippocrate. Pour ce précurseur de la médecine moderne, la crise est à lire selon un double mouvement. Elle marque certes une rupture avec ce qui était en cours. Mais elle est aussi un processus qui doit déboucher sur une réponse à ce qui était voué à une impasse. Pour les praticiens, la crise est bien ce moment dangereux où tout peut basculer : mort ou salut.

La crise serait donc un moment décisif où, comme l’explicite le philosophe italien Antonio Gramsci : La crise consiste justement dans le fait que l’ancien meurt et que le nouveau ne peut pas naître. Elle serait cet entre-deux qui, après un temps de sidération – Comment cela a-t-il pu advenir ? -, génère peurs, angoisses, effrois. En ces moments, nos critères traditionnels de jugement ont perdu leur pertinence et nous sommes en quête de nouveaux repères. La crise serait donc moins un moment de constat qu’un temps privilégié pour en interpréter les causes.

La sémantique et la philosophie chinoise nous propose une analyse alternative. Elle est, tout comme celle à laquelle nous nous référons usuellement, dialectique. En mandarin, le mot crise se prononce «weuji». Il s’écrit en juxtaposant deux idéogrammes. Le premier, wei, signifie « danger », il évoque un homme penché au bord d’un précipice. Le second, jihui signifie « opportunité, occasion ».

Appréhender lucidement le premier terme pour identifier le second serait donc la posture à privilégier. Elle permettrait de dépasser l’état de sidération suscité par un événement tout à la fois imprévu et exceptionnel.

François Granier – juin 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.