“C’est assez fou, mais ça s’est fait”

Mars – Juillet 2020 : prouesses de travail à distance dont il faudra se souvenir

La Compagnie Pourquoi se lever le matin ! revient sur ce qu’elle a vu poindre au fil des récits qu’elle a publiés dans le dossier « Travailler à distance« .

Les premiers récits recueillis par la « Compagnie Pourquoi se lever le matin ! » après le début du confinement parlent de l’isolement provoqué par le travail à distance.

Un lien social et professionnel a été  interrompu. Il faut se démener pour, à distance, conserver ce lien, informer, rassurer : « deux à trois visioconférences hebdomadaires avec les différents partenaires et réseaux ». Il faut se battre avec des applications complexes, des connexions incertaines et, la plupart du temps, sans formation préalable.

Très vite cette lutte apparaît comme un défi. Sortir un journal en situation de travail virtuel, faire du théâtre, de la musique, de la rééducation, des audits, du commerce à distance, enseigner, étudier, supposent des trésors d’inventivité, d’énormes dépenses d’énergie et de temps. « En locomotion, ça m’a demandé des capacités d’inventivité énormes » dit Tiphaine, psychomotricienne. 

Très vite aussi, les limites de ce télétravail sont apparues évidentes. Comment gérer la confusion entre l’espace privé et l’espace professionnel ? Entre le temps privé et le temps professionnel ?  Entre la vie familiale et la vie professionnelle ? « Il était très difficile d’avoir des temps dédiés circonscrits, tout était flou, sans frontières. » (Yannick, chercheur) ». On assiste alors à une sorte de dislocation des repères,  à une sorte de distorsion de l’espace et du temps «  Je suis devenue la personne qui braille dans tous les foyers : les personnes autour, silence, s’il vous plaît… » (Malvina, animatrice d’ateliers d’art vivant). Comment, surtout, compenser la perte du contact direct ? Comment le médecin peut-il se passer de palper, de se servir de ses sens pour ausculter ? «  L’écran fait obstacle » (Claire, médecin généraliste). 

Paradoxalement, ces difficultés qui paraissaient rédhibitoires en termes de communication ont entraîné de nouvelles collaborations, des concertations fructueuses entre acteurs : « la mise à distance a permis, d’une certaine façon, plus de proximité » (Sophie, enseignante en collège). Et ces initiatives à la base ont été d’autant plus intéressantes qu’elles ont échappé à une hiérarchie qui a parfois été réduite à « sur-communiquer pour garder le contact » (Bruno, responsable d’audit). 

Ainsi, ce qui paraissait impossible, impensable, s’est souvent réalisé : certains avaient déjà travaillé à distance « sauf bien sûr pour l’accueil, où c’était impossible ! » (Corine, directrice d’une maison des associations). « Au final, c’est assez fou, mais ça s’est fait » (Tiphaine) . « Pendant dix ans j’ai pensé que le télétravail n’était pas compatible avec l’activité des commerciaux […], il y a de la relation avec les clients, il faut vendre des contrats, ça impose une présence physique, […] C’était un préjugé. En fait, c’est totalement faux. ». (Blaise, conseiller RH dans les assurances). Idem pour Bruno, responsable d’audit.  Des managers révisent donc leurs objectifs alors qu’ils voient les praticiens s’emparer de leurs démarches, inventer : « Ce qu’on ne savait pas, c’est que les collaborateurs allaient être capables de s’approprier ces outils et de les faire fonctionner dans la vie courante, sans formation ni accompagnement » (Bruno). De la maternelle à l’université, on s’est appuyé sur des collègues et des proches pour utiliser des outils informatiques mieux adaptés que ceux de l’administration (Anne, Aurélie, Sophie)

Passé la surprise, la tentation a été forte pour les cadres de reprendre les choses en mains, de revenir  à un « management passe-plats  » (Zoé, responsable dans une ONG internationale). Le fractionnement des tâches limite en effet les prises de responsabilités, empêche le praticien d’avoir une vision globale sur son travail… quand la direction ne profite pas de la communication à distance pour verrouiller la concertation syndicale (Pierre, syndicaliste). Pourtant, comme le note Bruno, « Il va falloir compter avec l’autonomie dont ont fait preuve les salariés pendant la crise et se baser davantage sur la confiance »

Il faudra aussi se rappeler que la vie des gens est enracinée dans un environnement immédiat, familial, intime, que le confinement les a obligés à reprendre en compte de l’intérieur et qu’ils ont souvent redécouvert : « Le confinement m’a fait prendre conscience, comme à beaucoup de gens, qu’il y a deux repas à préparer à midi, et le soir[… ] je prenais juste le temps de regarder l’herbe, le vent, les éléments » (Julia, gestionnaire de personnel). 

Il faudra se souvenir que ce qui fait sens est à la fois la délimitation et la coexistence de cet environnement personnel et d’un environnement professionnel situé dans un temps, un espace et un tissu de relations humaines qui, tous,  demandent à être reconsidérés. 

Octobre 2020 – par la Compagnie Pourquoi se lever le matin !

Fin mars 2020, un tiers de la population active travaillait à distance, soit la quasi totalité des personnes dont l’activité le permet. Nous publiions le 10 juin une première analyse de ce que nous avions appris en leur donnant la parole sur leur travail. Rentrée 2020, tout le monde était prié de reprendre le chemin de son poste de travail. Fallait-il encore donner la parole au travail à distance ? Octobre 2020, une deuxième vague de l’épidémie de Covid frappe à nos portes Le travail à distance redevient d’actualité pour ceux qui le peuvent, et dont les employeurs le permettent.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.